Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Pourquoi j'ai mangé mon père (La Presse)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


«Un conte initiatique plein d'humour. Tout en abordant les thèmes de la famille, l'écologie, le progrès, la pièce est aussi une réflexion sur les dérives de l'exploitation de la nature par l'homme. (…) Une indéniable performance d'acteur.»

Pourquoi j'ai mangé mon père


 

«Les temps préhistoriques servent actuellement d'insolente métaphore sur les planches de la Manufacture des Abbesses. (…) La rare énergie de Damien Ricour enthousiasme. {L'histoire} est aussi sensé qu'inénarrable. Il faut rendre hommage au texte de Roy Lewis dont l'humour fait mouche, magnifiquement servi par un comédien hors du commun.»

Pourquoi j'ai mangé mon père


 

«La performance du comédien est jubilatoire et d'une énergie stupéfiante. Damien Ricour est un formidable percussioniste africain blanc qui n'a pas besoin d'instruments pour envoyer la musique, se servant de lui-même, corps et voix.»

Pourquoi j'ai mangé mon père


 

«Quel beau spectacle ! Et pourtant, la théâtralisation d’un texte littéraire est un exercice jamais gagné d'avance. Le personnage principal, Ernest Grassentroope, s’adressant directement au lecteur, il est évident que la structure même du roman de Roy Lewis se prête assez bien à la scène.
Sur scène, on retrouve tout ce qui a fait le succès du livre, l’humour ' so british·' de l’auteur, sa malice et sa tendresse. L’adaptation est des plus réussies. Mais ce qui met vraiment le cœur en joie et fait jubiler l’esprit, c’est le jeu de Damien Ricour, qui signe également l’adaptation. Ce qu’il fait sur scène va plus loin que la simple performance, en illustrant parfaitement ce qu’est le travail d'un comédien. Il sait jouer avec notre imaginaire. Un geste de la main, un changement de voix, d’attitude, suffisent à faire naître devant nous tout un univers, à créer une ambiance. C’est fou ce qu’on peut faire avec rien. Le metteur en scène Patrick Laval a canalisé avec une grande finesse la créativité foisonnante de l’artiste. Damien Ricour nous prend par la main dès la première minute et ne lâche qu’à la fin. Tant mieux parce que pour applaudir, il nous faut les deux mains.»

Pourquoi j'ai mangé mon père

Marie-Céline Nivière


 

«Les personnages défilent, hauts en couleurs, dans leur environnement naturel dont chaque détail (vent dans les branches, hululements nocturnes ou feulements agressifs, déplacements cartoonesques accompagnés de leurs onomatopées) est rendu par le comédien avec verve et vivacité. Dans ce défilé incessant, Damien Ricour s’affirme un peu comme le Arturo Brachetti de la métamorphose faciale et vocale, mais il sait, avec une réelle modestie de comédien investi dans ses rôles, ne jamais appuyer une intonation, ni répéter les trucs qui ont fait rire le public. C’est une de ses nombreuses qualités. Par ailleurs, sa mobilité, son aptitude à la rupture ne nuisent jamais à la cohérence du traitement du personnage ou à la lisibilité de la situation. Le comédien participe ainsi pleinement de la mise en scène sobre et efficace de Patrick Laval. »

Pourquoi j'ai mangé mon père


 


 

« […] J’assistai ce soir-là à une représentation de la pièce adaptée du fameux (et excellent) livre de Roy Lewis Pourquoi j’ai mangé mon père.
L’histoire se dénoue au cœur de la préhistoire, autour de l’invention du feu, des armes et de l’exogamie (accouplement en dehors de la communauté). Une aventure drolatique où par exemple la brave Griselda – la femme convoitée par Ernest le pithécanthrope – l’aguiche, le sème et le malmène par forêts et savanes des jours durant, jusqu’à l’épuisement dudit chasseur. Le même Ernest finira par dévorer son père qu’il trouvait trop dangereux avec ses idées de progrès, d’armes nouvelles, d’arc et de flèches…
Une adaptation menée tamtam battant. L’acteur, Damien Ricour, incarnant d’ailleurs avec l’énergie d’un mort de faim tous les pithécanthropes du récit, mais aussi fauves et mammouths. C’est excellent et c’est à la Manufacture des Abbesses, à Paris [...]. »

Pourquoi j'ai mangé mon père

Patrice Lannoy, 3 décembre 2007


 

«Damien Ricour a adapté ce roman pour la scène sous forme d'une comédie déchaînée peuplée de la figure haute en couleur de nos ancêtres.
Formé à l'Ecole Jacques Lecoq, ceci expliquant cela, il campe sous la direction efficace de Patrick Laval, tous les personnages principaux de cette fresque paléotico-philosophique, animaux de la savane et éléments naturels compris, avec une énergie époustouflante et une expressivité remarquable.
Mené tambour battant par un Speedy Gonzalez virtuose du changement à vue, et pourtant sans décor exotique ni costume, le spectacle est trépidant, cocasse et divertissant et permet de rire aussi, et certainement davantage, de nous que des hommes des cavernes. »

Pourquoi j'ai mangé mon père

Martine Piazzon, 2 décembre 2007


 

«Une énergie incroyable»

Pourquoi j'ai mangé mon père


 

« Le livre de Roy Lewis Pourquoi j’ai mangé mon père fait partie de ceux que l’on aime conseiller à ses amis. C’est ce que faisait souvent, parait-il, Théodore Monod, savant et marcheur, qui adorait ce roman drôle et intelligent. Roy Lewis, sociologue de formation, a imaginé des hommes préhistoriques lancés à la conquête de l’espèce mais qui pensent et parlent comme des hommes 'modernes'. Cet anachronisme original associé à une vraie connaissance de l’histoire des homo sapiens, donne à ce petit roman une saveur particulièrement agréable. [...]

Damien Ricour a décidé de porter ce texte sur la scène, et de tout faire lui-même : le père, les enfants, la femme, le frère, les animaux, le feu... Et ça marche ! Le décalage comique entre les situations préhistoriques et le langage employé trouve sur scène une expression très efficace grâce à la débauche d’énergie physique d’un comédien particulièrement inspiré par ces rôles multiples, même les plus improbables, du mammouth à la jeune fille... Ceux qui ont lu le bouquin y retrouveront avec plaisir les personnages clés : le très progressiste Edouard, inventeur génial, son frère réac, Vania, et sa formule cultissime 'Back to the trees !' . Ceux qui ne l’ont pas lu n'auront qu’une envie : se plonger dans ce récit, pour continuer à rire et à réfléchir. Car si le tonitruant et très efficace one-man-show de Damien Ricour ne cesse d’amuser, il sait aussi faire méditer sur le 'progrès' à une époque où les risques qu’il génère commencent à menacer la survie même de cette espèce pourtant si attachante... [...] »

Pourquoi j'ai mangé mon père

Yves Gerbal, le 18 février 2007


 

« Pourquoi l’acteur est-il en costume-cravate ? C’est le jeu du décalage des périodes entremêlées. Damien Ricour, débordant d’énergie, narre des millénaires d’Histoire. Il raconte le père Édouard, l’inventeur génial parfois pénible ; l’oncle Vania, le touchant apôtre voulant retourner sur les arbres et ce fils Ernest, le rêveur naïf ainsi que de tous les autres êtres. L’adaptation du roman de Roy Lewis, qui aborde avec l’humour anglais un sujet souvent austère, est très réussie. »

Pourquoi j'ai mangé mon père

Peijung Wu, le 17 juillet 2007


 

« […] Quant à la Chapelle de l’Oratoire, elle accueille la pièce Pourquoi j’ai mangé mon père, librement adapté du roman éponyme de Roy Lewis. Une performance scénique splendide pour le seul interprète de la pièce qui mime aussi bien les animaux que les humains en quête d’évolution. Damien Ricour est talentueux, plein d'énergie et enchante son public. Une vraie réussite, à l'image de ce 'Off', qui gagne à être connu. »

Pourquoi j'ai mangé mon père

Marie Varnieu, 10 juillet 2007


 

« Damien Ricour a donné le meilleur de lui-même, mardi soir à l’Espace Ben-Hur, dans sa nouvelle adaptation Pourquoi j’ai mangé mon père d'après Roy Lewis. Une table, un balai, un simple costume et le voilà au temps de la préhistoire. L’histoire a transporté le public au sein d'une famille en plein bouleversement social, où le progrès était omniprésent. Au retour du voyage, le public était enchanté. […] »

Pourquoi j'ai mangé mon père

le 27 octobre 2006


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Pourquoi j'ai mangé mon père

La Presse

Théâtre Pièce: Pourquoi j'ai mangé mon père