Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Noir Rouge Or (Le comédien et la mise en scène actuelle)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


Ce qui m’est d’abord apparu comme un handicap, je veux dire faire interpréter les trois personnages par un même comédien, faute de trouver une distribution homogène en employant trois acteurs différents me semble aujourd’hui, après les expériences lyonnaises, suisses et allemandes une des forces de la pièce.
Faire jouer un ancien SS par le jeune acteur Swen Gippa, ancien du Cours Florent, pourrait sembler une gageure, mais en l’interprétant le jeune homme donne une fragilité au personnage, une «bienveillance» (je reprends le mot) qui n’estompent pas pour autant les terribles scènes qu’il rapporte avec émotion.
Lorsque après une césure le même acteur réapparaît sous les traits «étroits» d’un cadre communiste la différence due au costume mais aussi au talent de Swen Gippa, le public n’a aucun mal à continuer de se trouver «dans la pièce» et la même réaction se produit quand enfin le comédien campe un jeune trader gay et ambitieux.
Quelques minuscules «touches» en précise davantage les aspects héréditaires.

Au cours de la pièce, et là encore il s’agit d’un parti pris, deux voix de femmes se font entendre: Assez longuement celle de l’épouse du Grand-père, puis celle de la femme du père (mais fort peu dans la partie qui lui est consacrée) et enfin la grand-mère à nouveau, seule et définitive dans la troisième partie.

Au lever de rideau, on entend le document historique des accusés de Nuremberg exprimant leur non-culpabilité. Entre le premier et le deuxième personnage, c’est un chant de la jeunesse communiste (mais qu’on peut aussi croire fasciste) entre le deuxième et le troisième une chanson de l’icône allemande Hidegard Knef et tout à la fin une chanson d’un rappeur allemand, Xavier Naïdoo. Ces illustrations sonores ne sont pas que des clins d’oeil à un éventuel «public averti» et germanophone, mais aussi autant d’indications sur la fameuse idée préconçue de la «dureté» de la langue allemande.

Le décor est minimal: Seules le jeu des lumières posent d’abord la forêt, puis la période «rouge» enfin la période «dorée» tout en isolant quelquefois, à des périodes dramatiques ou l’acteur évoque des passages difficiles ou intenses de la vie de ces trois personnages…

Jacques-Yves Henry


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Noir Rouge Or

Le comédien et la mise en scène actuelle

Théâtre Pièce: Noir Rouge Or

Mardis, mercredis, jeudis, vendredis, samedis à 19h.
Du 27 mars au 21 avril