Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


L'âme rongée par de foutues idées (note d'intention)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


L'âme rongée par de foutues idées

UNE EXPERIENCE DE LA CONFLICTUALITE

Le temps d’une heure, L’âme rongée par de foutues idées plonge dans l’intimité d’un engagement politique. Le spectacle explore l’affectivité et le vivant des idées. L’écriture au plateau s’est nourrie de l’histoire des années 1968 françaises pour sonder la passion en politique. Loin de la recherche nostalgique d’un âge d’or perdu, le spectacle cherche à ramener au présent l’engagement révolutionnaire. De la réaction à l’insurrection, le spectacle ne prêche pour aucune église. Il fait plutôt le pari d’une expérience scénique de la conflictualité. Il sonde la jouissance et la dangerosité du conflit qui est, non seulement un moteur de l’histoire, mais peut-être aussi une nécessité existentielle pour l’individu.

Le matériau historique donne chair à la fiction. La narration s’approprie le genre du thriller pour regarder ces années de poudre d’un point de vue intérieur. C’est l’histoire d’une femme aux idées anarchistes-révolutionnaires qui intègre un gouvernement autoritaire et réactionnaire. La narration inscrit au cur du personnage les tiraillements des événements. La figure de l’infiltré questionne ainsi notre place, au cur de ce monde, tout en lui restant extérieur. Au-delà de la déroute et de la souffrance du personnage, c’est bien une figure du sursaut qui se dessine, incapable de succomber, malgré les échecs, à son sentiment de dépossession et d’incapacité.

L’écriture scénique se veut épique, entremêlant les voix, l’action et la narration. Du plus intime au plus politique, elle cherche ce continuum de l’engagement. La parole est parfois intérieure pour mêler les idées aux émotions et songes qui les font exister. Puis la parole devient politique, adressée à la salle, par le moyen d’un micro qui fait exister ces larges foules d’assemblées générales, de manifestations et de rassemblements. Ces différentes voix tissent la fresque d’un lieu et d’une époque inconnus. Le spectateur y voyage au rythme des souvenirs, des sensations et des images d’un personnage singulier.

Tous les éléments de la scène concourent à donner une texture fantomatique à ce personnage. Les zones d’ombre abondent. L’espace de jeu est épuré. Seuls une chaise, un micro et quelques lumières subsistent dans ce lieu dénudé. Le personnage manipule ces quelques objets pour accompagner son jeu de fuite. Dans cette obscurité, l’imaginaire du spectateur prolonge les traits et les gestes de cette figure familière. La musique prend le relais de la parole quand celle-ci s’essouffle. Les sons tiraillés ou aériens plongent le spectateur dans l’intériorité du personnage. L’ensemble construit une expérience d’intranquillité.


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


L'âme rongée par de foutues idées

note d'intention

Théâtre Pièce: L'âme rongée par de foutues idées

Du 5 mai au 19 juin 2016.
Les jeudis,vendredis,samedis à 21h dimanche 17h