Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


L'âme rongée par de foutues idées (Extraits)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


L'âme rongée par de foutues idées

"La jeune femme quitte l’amphithéâtre. Je fais le périple inverse pour rejoindre la rue. La rue de l’université fait face à un cordon de policier. Masques à gaz. Canon à grenade. Autopompes. Bouclier. Matraques. Casques.
Ici, des sacs de cailloux sont jetés à mes pieds. Le bruit du métal frappant et crissant le pavé manque de m’assommer par derrière. Ces palissades de chantiers viennent s’échouer sur des voitures mises en travers de la chaussée. Plusieurs étudiants abandonnent ce qu’ils font pour rejoindre, sans mot d’ordre apparent, une chaîne allant d’un pied de biche dépavant la rue aux maçons comblant les creux entre les voitures. Autour de moi, ça tape sur les poubelles, ça hurle, ça provoque avec pour objectif palpable de faire monter la tension. Certains n’ont presque pas dormi. Ce qu’ils veulent voir c’est une canette exploser sur un casque à une dizaine de mètres. A une dizaine de mètres, ils attendent l’ordre du chef. Ils fument, ils vérifient leur armement. Eux aussi, dans une certaine excitation de l’action à venir. Deux corps se jaugent : celui de l’ordre et celui du chaos exalté. Un projectile est lancé. Il casse le pare-brise d’un car de police dont le conducteur s’écroule le crâne fracturé. Une pluie de pierres couvre le ciel dans le halo des lacrymogènes qui explosent tout autour de moi. Les cris lancés à pleins poumons, les rues investies les unes après les autres, la rage primale libérée, les mots d’ordre, les affrontements, cette forêt de drapeaux rouges et noirs, ces discours enflammés, cette exaltation. C’est un rêve éveillé où le sang est moins terrifiant que l’ennui."


 

L'âme rongée par de foutues idées

"Non, Monsieur le Premier Ministre. Pardonnez-moi, mais je ne pense pas que ce soit que du pur délire. Regardez chez nos voisins, à Maressa. Le leader du parti démocrate est enlevé depuis plusieurs jours. Il représente tout ce qu’exècrent ces forcenés. Et ils l’ont arrêté. Et ils le tueront sans hésiter. Nos renseignements ont montré que ces événements sont suivis. Que certains groupes ont été reçus à l’étranger par leurs homologues. Ils apprennent l’un de l’autre. De là à ce que l’un de nous soit également enlevé et assassiné, il n’y a rien de délirant. Il faut tuer dans l’uf ces mouvements avant de perdre tout contrôle. Ce Jean Le Garrec doit être arrêté. On ne peut pas prêcher la lutte armée, le vol et le meurtre en toute impunité. Ceux qui participent à ces manifestations sauvages où des vitrines sont brisées, des bâtiments incendiés, doivent être collectivement punis, casseurs ou non, par une à plusieurs années de prison. Nous devons renforcer la présence policière à l’entrée des grandes entreprises qui deviennent de véritables lieux de subversion. Monsieur Macquart et moi-même avons préparé une liste de mesures à prendre d’urgence pour…"


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


L'âme rongée par de foutues idées

Extraits

Théâtre Pièce: L'âme rongée par de foutues idées

Du 5 mai au 19 juin 2016.
Les jeudis,vendredis,samedis à 21h dimanche 17h