Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Les combats d'une reine (L'auteur)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


Grisélidis Réal

Les combats d'une reine

« Sur ma tombe je veux qu’on inscrive : écrivaine, peintre et prostituée. En majuscules ! » Grisélidis Réal

Grisélidis Réal est née à Lausanne en 1929. Fille d’instituteurs, elle passe son enfance à Alexandrie. Elle a neuf ans lorsque son père meurt et retourne vivre en Suisse avec sa mère et ses deux surs, où elle reçoit une éducation très stricte.
A dix-sept ans elle s’inscrit aux arts décoratifs à Zürich. Elle pose comme modèle pour gagner sa vie. Elle est divorcée, mère de quatre enfants, de trois pères différents, quand elle prend la fuite avec Bill, son amant échappé d’un asile psychiatrique et deux de ses enfants. A Munich, elle est arrêtée pour trafic de marijuana et incarcérée pendant neuf mois. Pour ne pas sombrer, elle peint et écrit toute la journée dans sa cellule. Ce journal de prison sera retrouvé après sa mort et publié sous le titre « Suis-je encore vivante ? » Libérée et rapatriée à Genève, elle publie son premier roman autobiographique à trente-quatre ans, « Le Noir est une couleur ». Puis elle retourne à la prostitution, ne parvenant pas à vivre de son travail d’artiste et refusant de s’aliéner dans un bureau ou derrière un guichet. Elle s’installe ensuite à Paris, rencontre l’amour de sa vie, le Berbère, avec lequel elle vit une passion destructrice mais fabuleuse, qui dure neuf ans. Toujours à Paris, elle participe au grand mouvement révolutionnaire des prostituées des années soixante-dix, devenant la fameuse « grande catin révolutionnaire ». De retour à Genève dix ans plus tard, elle s’installe dans le quartier chaud des Pâquis, où elle exerce le métier de prostituée jusqu’à l’âge de soixante-dix ans.
Mais ses activités sont multiples : elle s’inscrit au parti socialiste, donne des conférences à l’Université, fonde Aspasie, une association pour la défense des prostituées, participe à des meetings un peu partout dans le monde, fait sensation dans des émissions télévisées où elle se montre à visage découvert, bref, Grisélidis Réal fait beaucoup parler d’elle. Rencontre déterminante dans sa carrière d’écrivaine, le journaliste Jean-Luc Hennig, qui l’incite à se remettre à écrire. Grâce à lui, elle publie l’un de ses plus beaux livres, « La Passe Imaginaire », constitué des lettres qu’elle lui écrit pendant dix ans. Elle meurt d’un cancer en 2005, à l’âge de soixante-seize ans, laissant un deuxième volume de correspondance avec Jean-Luc Hennig, « Les Sphinx ». Après de nombreuses polémiques, son corps est transféré en 2009 au cimetière des Rois, le Panthéon genevois des personnalités qui ont marqué Genève.


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Les combats d'une reine

L'auteur

Théâtre Pièce: Les combats d'une reine

jeu 21h
ven 21h
sam 21h
dim 17h