Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


La banalité du mal (L'auteur)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


Christine Brückner

Fille du pasteur Carl Emde et de son épouse Clotilde, est née en 1921 à Arolsen où elle a passé son enfance avant de s’installer en 1934 à Kassel.Durant la guerre elle a été mobilisée dans un commandement général de Kassel et en tant que comptable dans une usine d’aviation à Halle. Après la guerre, bibliothécaire à Stuttgart, elle a étudié l’économie, la littérature, l’art et la psychologie et a écrit pour le magazine « femmes du monde » à Nuremberg. De 1948 à 1958 elle a été mariée au designer industriel Werner Brückner (1920-1977).
En 1960 elle s’installe à nouveau à Kassel et en 1967 elle rencontre son second mari, l’écrivain Otto Heinrich Kühner avec lequel elle écrit plusieurs oeuvres conjointes. De 1980 à 1984 elle a été vice-présidente du centre PEN allemand. Elle a également été nommée citoyenne d’honneur de la ville de Kassel.
Avec son mari ils créent en 1984 la fondation Brückner-Kühner et en 1985 le Prix Littéraire de Kassel de l’humour burlesque. La fondation fonctionne toujours comme un centre de littérature comique, de poésie et de lieu dédié à la mémoire de Christine Brückner et de son mari.
Elle décède en 1996, quelques semaines après son mari.

Ses principaux ouvrages
Christine Brückner est l’un des auteurs les plus renommé d’Allemagne. Etiquetées à tort de littérature populaire, les oeuvres de Christine Brückner traitent de manière ludique des sujets humains élémentaires, en particulier du point de vue des préoccupations centrales de la femme. Elles prennent leur source dans la vision protestante du monde de l’auteur.
Son premier roman « Ehe die Spure verwehen » (« Avant que les traces se dissipent ») en 1954 remporte un grand succès, traduit en plusieurs langues, il est couronné du prix Bertelsmann.
En 1975 est également publié le très remarqué « Jauche und levkojen» (« Purin et giroflées ») qui avec ses suites « Nirgendwo ist Poenichen » (« Poenichen n’est nulle part ») (1977) et « Die Quints » (« Les Quints ») (1985) forment la trilogie dite Poenichen. Elle raconte l’histoire d’une génération de femmes qui ont dû faire leurs preuves dans des conditions de guerre, de placement et de reconstruction. Les deux premiers tomes ont été adaptés à la télévision.
Les monologues « Wenn du geredet hättest, Desdemona Ungehaltene Reden ungehaltener Frauen » (« Pourquoi n’as tu rien dit Desdémone ?, discours indignés de femmes indignées »), ont non seulement été vendus à des milliers d’exemplaires et traduits dans plusieurs langues, mais ont également permis de légitimer Christine Brückner. En tant que dramaturge, puisqu’elle est aujourd’hui un des auteurs contemporains les plus joués en Allemagne.
En plus de ses romans, l’auteur a également publié des autobiographies, des pièces de théâtre et des livres pour enfants.


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


La banalité du mal

L'auteur

Théâtre Pièce: La banalité du mal

mardis 21h
mercredis 21h
jeudis 21h
Du 29 mars au 19 mai 2011