Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


J'me sens pas belle (La presse)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


«Les héros ressemblent à des funambules à l'équilibre précaire. Difficile, en effet, de zigzaguer entre sentiments et peurs, entre désir d'être aimé et frousse de ne pas être à la hauteur. Chacun d'entre nous peut à tout moment se reconnaître dans cette comédie à l'humour doux-amer jouée par deux acteurs touchants de naturels.»

J'me sens pas belle


 

«Transformer un film dont le souvenir n'est pas impérissable en pièce à succès, c'est le pari qu'a relevé avec brio Bernard Jeanjean. Le scénario et les répliques sont les mêmes, le changement porte sur la distribution et la mise en scène. Dans le décor sobre et réaliste de Dorota Kleszcz, tout fait sens. Les couleurs chaudes des éléments sont autant en harmonie avec Fanny, l'hôtesse, qu'en inadéquation avec Paul, l'invité, et exacerbent ainsi leur antagonisme. Les gobelets font place aux tasses à café, elles-mêmes remplacées par des ballons de Beaujolais, rapidement évincés par les coupes de champagne : une accumulation de verres qui mesure le temps et le rapprochement intime des deux célibataires. Les trois pièces de l'appartement ramenées sur un même plan, compliquent les apartés des comédiens et les mettent dans des situations si ridicules qu'elles suscitent un rire franc. La comédie pourrait pourtant facilement verser dans la parodie de scène sentimentale, s'il n'y avait le jeu des acteurs. Maîtrisant l'exagération sans sombrer dans la caricature, l'histoire de Fanny et de Paul se lit autant à travers leurs expressions qu'à travers leurs corps. Les grimaces ne sont pas toujours subtiles et leur gestuelle manque par moment de simplicité, néanmoins leur jeu est spontané. A l'empressement de l'instant, rendu avec justesse et énergie par Martine Fontaine, répond la retenue et la gaucherie naturelle d'Yvon Martin : le vécu transpire dans chaque situation et l'empathie gagne immédiatement le spectateur. Dans l'intimité du théâtre, les comédiens insufflent une nouvelle dimension à "J'me sens pas belle" - la proximité - et transforment une anecdote insignifiante en un spectacle d'humour vif et réflexif. Du bon vaudeville contemporain.»

J'me sens pas belle


 

«Une comédie aigre-douce, drolatique et hurlante de vérité (…) Bernard Jean-jean répercute à tous les degrés de l'échelle de Richter les inquiétudes du corps, les éclats du doute, les plaies enfouies… Cet apprivoisement amoureux zigzague sans cesse pour le seul plaisir de susciter le rire ou l'émotion, tout en jouant le suspense. les personnages sont trop vrais pour ne pas faire tilt, induire chez le spectateur quelques coïncidences troublantes. On cède vite au charme de ce huit clos impeccablement senti et malicieusement calé entre une chanson désabusée et une chorégraphie expérimentale ! Comédienne en angles vifs, Martine Fontaine habite cette femme bravache tout en fêlures. A ses côtés, Yvon Martin déploie un jeu vibrant 'humanité avec une belle économie de moyens. de gestes maladroits en regards furtifs, de mots refoulés en maux ravageurs, ils donnent une dimension universelle à ce jeu du chat et de la souris, mené avec une justesse rare. Humour et intelligence du texte, belle mise en scène investie, personnages de comédie formidablement incarnés, ce piquant face à face intimiste prouve que l'humour grand public à la française n'est pas condamnés aux gros sabots.»

J'me sens pas belle


 

«Hilarant !»

J'me sens pas belle


 

«De très jolis moments, entre rires attendus, sourires en demi-teinte et empathie attendrie. On est certes pliés en quatre devant ces deux empotés mais derrière ce couple de comédie, se cachent deux individus attachants qui font tout pour essayer d'être à la hauteur d'un monde qui n'est pas le leur.»

J'me sens pas belle


 

«Une mise en cène bien rythmée (…) un duo tour à tour désopilant et émouvant, il réécrit de façon juste la peur de l'engagement… qui guette tous les âges»

J'me sens pas belle


 

« Le passage à la scène est une réussite, l'interprétation des comédiens met en lumière de nouvelles facettes de la situation. C'est frais et juste, cruel et charmant. »

J'me sens pas belle


 

«Le duo fonctionne à merveille dans une mise en scène enlevée d'une Jade Duviquet concernée. Témoins privilégiés d'une histoire sentimentale, nous nous souhaitons vivement qu'elle se déroule le mieux et le plus longtemps possible.»

J'me sens pas belle


 

«Une pièce vraiment excellente (…) d'une intelligence et d'une vérité assez saisissantes. Et c'est justement parce que c'est si vrai que c'est si drôle. La mise en scène y est pour beaucoup. Les deux comédiens sont vraiment excellents. Un grand plaisir de pur théâtre.»

J'me sens pas belle


 

«Une comédie douce et amère, dressant un portrait fort bien dessiné d'êtres en mal d'amour (…) dans une mise en scène très réaliste, les acteurs jouent sur la sincérité, rendant leurs personnages plus qu'attachants, passant de la maladresse à la tendresse, de la fragilité à l'abandon»

J'me sens pas belle


 

«Derrière le comique se cache une situation plus complexe : la peur de l'engagement, l'individualisme (…) une comédie aux conseils décalés qui ne manque pas de piquant»

J'me sens pas belle


 

«Une mise en scène simple et efficace qui repose sur le jeu des acteurs, elle est portée par deux interprètes décoiffants qui forment un duo époustouflant : Martine Fontaine, désopilante en laissée pour compte qui n'a rien d'une célibattante de magazine même si elle rue dans les brancards, et Yvon Martin, irrésistible en jeune quadra qui ne fait fantasmer que lui.»

J'me sens pas belle


 

«Plus convaincant que son point de départ cinématographique, cette version théâtrale est une réjouissante réussite. (…)brillamment interprétés. (…) Les deux comédiens suggèrent assez explicitement les failles de leurs personnages sans les rendre trop prévisibles et, bien sûr, exploitent avec générosité mais retenue leur potentiel humoristique. Pince- sans-rire cultivant un air faussement ahuri, Martine Fontaine est absolument craquante en trentenaire flippée rongée par des complexes qu’elle a l’art et la manière de formuler ( son « portrait à la cellulite » est un petit chef d’uvre) tandis qu’Yvon Martin, en mâle qui se la joue désinvolte mais qui argue d’une sur en difficulté amoureuse pour prendre la fuite, se distingue par cette amusante capacité à cacher et dévoiler dans une même attitude le jeu de son personnage.
Une bien agréable prestation qui donne une seconde (et au final meilleure) vie à l’histoire que Bernard JeanJean avait d’ailleurs écrite en collaboration avec Martine Fontaine. La comédienne avait inspiré le rôle de Fanny et devait le tenir dès le film : on n’est pas fâché de la voir investir son personnage dans l’intimité optimisante d’une salle de théâtre. »

J'me sens pas belle


 

« Un moment d'exception qui traite de la difficulté de s'accepter au-delà des critères de beauté imposés par notre société et de la complexité de communiquer en amour. Une pièce qui donne envie d'aimer ! »

J'me sens pas belle


 


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


J'me sens pas belle

La presse

Théâtre Pièce: J'me sens pas belle

jeudi à 21 heures
vendredi à 21 heures
samedi à 21 heures
dimanche à 17 heures
(prolongations jusqu'au 27 septembre 2009)