Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Je vois des choses que vous ne voyez pas (Le Metteur en Scène)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


Je vois des choses que vous ne voyez pas

Le Metteur en scène : Damien Bricoteaux

Il fait ses premières mises en scènes en 1996 au Théâtre de l’OEuvre pour le jeune public avec Les Contes de la Folie-Méricourt qu’il adapte du recueil de Pierre Gripari et Il était une fois, adapté des Contes de la rue Broca du même auteur. Dans le même temps il rencontre Hélène Vincent et l’assistera sur trois spectacles La Nuit des Rois de William Shakespeare au Théâtre de la Ville, Voix secrètes de Joe Penhall au Théâtre de l'Est Parisien et Monsieur Malaussène de Daniel Pennac. Il continue son travail pour le jeune public en créant Pas Sages ! d’Yves Prunier au Théâtre de la Plaine en 2000. Parallèlement, il explore l’univers de la farce en montant Les Coguls, spectacle de tréteaux réunissant chants polyphoniques profanes et farces populaires de la Renaissance. Il devient également assistant de Gildas Bourdet pour deux spectacles Caton en Utique de Vivaldi à l’Opéra Comique et Le Malade Imaginaire de Molière au théâtre de l’Ouest Parisien. Avec Charles Limouse qui dirige l’Orchestre Sud-Essonne, il met en scène Didon et Enée de Purcell au théâtre d’Etampes en 2005. Il rencontre Diastème en 2004, et l’assiste sur la création de ses deux dernières pièces 107 Ans et La Tour de Pise, ainsi que sur la mise en scène des Justes de Camus au festival d’Avignon 2008 au Théâtre du Chêne Noir. Diastème lui confie également la coordination artistique des spectacles de son premier long-métrage Le Bruit des gens autour. En 2008, il met en scène La Nuit du Thermomètre de Diastème au Petit Hébertot. La pièce sera reprise au Festival d’Avignon 2009.


 

Note d'intention


 

Quand la compagnie du Miaou m’a proposé de mettre en scène « Je vois des choses… », je n’ai pas hésité longtemps. J’avais déjà eu l’occasion de mettre en scène des spectacles pour la jeunesse il y a une dizaine d’années. Je savais donc que ce travail nécessite une exigence particulière, que ce soit au niveau du texte ou de la direction d’acteurs. La pièce de Geneviève Brisac ne tombe jamais dans la facilité, elle mise sur l’intelligence et le sens poétique des jeunes spectateurs. Son langage est riche comme dans le conte traditionnel où le mot est magique car lui aussi fait surgir des images dans nos esprits. Nous sommes donc face à une matière riche et qui permet de multiples inventions. Pour un metteur en scène, faire exister une quinzaine de personnages, presqu’autant de décors, est un challenge excitant à relever. Je voulais aussi rester sur ce fil tendu par l’auteur entre la réalité et le rêve, l’histoire et le conte, la poésie et l’humour.. C’est de cet équilibre fragile qui naît l’émotion. De plus, « Je vois des choses… », est une véritable déclaration d amour au théâtre et au spectacle vivant. Comment, en tant qu’artiste ne pas y être sensible. « L’art peut changer le monde », « le théâtre peut nous sauver », souffle l’auteur. certains diront qu’on énonce là des vérités premières. Je pense, moi, qu’elles sont essentielles et bonnes à dire (surtout à des enfants). Geneviève Brisac aborde aussi des thèmes plus douloureux comme le mal être adolescent. Comme à son habitude, son regard est subtil, sensible et sait malgré tout rester léger. Nous voyageons avec Belle, le personnage principal, à travers les méandres de la dépression et de l’anorexie. Mais tous les personnages qui l’entourent, par leurs travers et leurs excès, ramènent en contrepoids l’humour et la cocasserie. Je ne peux conclure sans dire un mot des quatre formidables acteurs de ce spectacle. Ils portent en eux la fraîcheur, l’invention et la sincérité nécessaire à cette entreprise. Je me suis nourri de leur énergie communicative et de leur enthousiasme. Je sais que le public y sera sensible et que la jubilation partagée lors des répétitions se communiquera à la salle. Que le spectacle commence…. (j’ai hâte !)


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Je vois des choses que vous ne voyez pas

Le Metteur en Scène

Théâtre Pièce: Je vois des choses que vous ne voyez pas