Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Il y a (trop?) longtemps que je t'aime (La metteur en scène)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


Il y a (trop?) longtemps que je t'aime

Jade DUVIQUET

Jade DUVIQUET est metteure en scène et comédienne. Elle a joué pour le théâtre et le cinéma entre autres avec Jérôme Savary, Geneviève de Kermabon, Patrice Douchet, Chantal Ackerman, Anne Villacèque, Christine François, Antoine Bourseiller dans l’Idiot et en 2010 avec Jean-Paul Wenzel dans Cinq Clés.

En 2002, elle est co-fondatrice avec Cyril Casmèze de la Compagnie du Singe Debout dans laquelle elle joue, met en scène, adapte et écrit :
Animalité co-écrit avec Marc Michel Georges, Cyril Casmèze, Scène Nationale, Ferme du Buissson, 2002
Unplusun co-écrit et m.e.s. par Jean-Yves Ruf, Théâtre Vidy Lausanne, Théâtre Nanterre Amandiers, 2004, 2005
Un grand singe à l’Académie, d’après Kafka, Théâtre Nanterre Amandiers, 2006
CQPVD ou Ce que parler veut dire, d’après Autoportrait d’Edouard Levé, Les Subsistances, Lyon, Théâtre de Châtillon, 2008
Cet animal qui nous regarde, d’après Derrida, Rilke et Morritz, Les Subsistances, Lyon, Maison de la Culture de Bourges, 2009-2010
Il est plus facile d’avoir du ventre que du cur co-écrit et interprété par Cyril Casmèze, Théâtre de l’Ouest Parisien et Théâtre du Lucernaire, 2011.
Elle met par ailleurs en scène en 2009 J’me sens pas belle de Bernard Jeanjean, adapté par lui-même et Martine Fontaine, également interprète. Elle poursuit sa collaboration avec Martine Fontaine en la mettant en scène dans Il y a (trop) longtemps que je t’aime.


Notes

Ce matin, Claire a prévenu Marc, son mari depuis 22 ans : ce soir, on va parler. Elle prépare le dîner et l’attend donc de pied ferme.
Va-t-elle lui annoncer son départ pour infidélité ? Non, rien de tel dans le monologue de Murielle Magellan et c’est ce qui m’a séduite, pas d’élan de femme trompée, pas d’amant dans le placard. Claire est plutôt une parente lointaine de la Nora d’une « Maison de Poupée » d’Ibsen mais elle est moderne, c’est une femme mûre qui travaille, qui s’assume, mère, épouse dans un couple qui dure.
Elle l’attend pour lui dire quoi au juste, le sait-elle ? Dans une langue vive et drôle, dans des coqs à l’âne, Claire va se parler, apostropher son « Marc », nous confier sa lassitude de la petite routine et des grandes habitudes de la vie de couple, mais aussi son attachement profond à celui qui partage sa vie depuis si longtemps.
« L’amour est à réinventer, on le sait ». Claire va aussi à sa façon réinventer l’amour, le désir et le choix possible d’une nouvelle liberté, elle s’amuse, tout est possible encore.
A travers tous ses allers retours, ses humeurs l’écriture de Murielle est colorée, rapide, rythmée - c’est elle-même que Claire rencontre. Que vit-elle dans l’amour qui dure ? A quoi renonce-t-elle ? A être Une... mais comment vivre le monde sans ce Deux de complicité, de tendresse, de construction, d’amour ?

Le décor sera simple et stylisé - une cuisine avec plan de travail, tabourets, éléments de rangements, radio - suffisamment réaliste pour que la comédienne soit dans des actions concrètes, préparer ce dîner, pour que naisse presque malgré elle, cette mise au point de son couple. Le décor évoluera au fur et à mesure de ses confidences, et nous rendra spectateurs de plus en plus complices de son cheminement intérieur.
Pour ponctuer ses hésitations, ses doutes, et marquer à la fois le temps qui passe et qui effraie, le temps aussi des jolis souvenirs ou qui peut dévorer le couple, l’amour : dans la cuisine de Claire, sur son tableau d’art contemporain, seront projetées quelques images de famille. Une musique liée aux images ou décalée, comme un clin d’il, interviendra quelques fois.
La lumière, outre quelques points lumineux inscrits dans le décor, sera simple : ambiance cuisine d’un soir avant dîner.
Et bien sûr, dans ce parcours de femme aux prises avec le temps, de femme parfois au bord de la crise, en tout cas en interrogation de son couple, d’elle-même, c’est emmener la comédienne, Martine Fontaine que j’ai déjà mise en scène dans « J’me sens pas belle » et que je retrouve en toute connivence - de la retenue à la colère, la tendresse, la fantaisie et toujours avec un solide humour. C’est aussi ce que met en jeu ce soliloque, un grand plaisir d’actrice.
Mettre en scène Il y a (trop) longtemps que je t’aime, c’est enfin dans le travail être particulièrement attentive, à la fois à cette musique intérieure et à l’adresse directe au public que la comédienne prend à témoin car au-delà de son histoire particulière, Claire nous parle « d’amour et de ce qu’on en fait». Elle parle aussi de nous et à nous tous.
Jade Duviquet




La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Il y a (trop?) longtemps que je t'aime

La metteur en scène

Théâtre Pièce: Il y a (trop?) longtemps que je t'aime

Mar 19 H
Mer 19 H
Jeu 19 H
Ven 19 H
Sam 19 H
(du 31 jan au 24 mars)