Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Chute d'une nation (Les acteurs)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


Chute d'une nation

Walter Hotton (joue Vampel) Episodes 1, 2, 3, 4

L'acteur
Walter se forme au Cours Florent avec Michèle Harfaut et Maurice Attias. Il travaille ensuite sous la direction de Thomas Le Douarec dans «Dommage qu’elle soit une putain» de Jonh Ford, de Madona Bouglione dans «Antoine et Cléopâtre» de William Shakespeare, de David Legras dans «Mais n’te promène donc pas toute nue» de Georges Feydeau, de déjà deux pièces de Yann Reuzeau dans «La Secte» et «Monsieur le Président». Il met en scène les textes d’Ariane Walter, notamment «Rimbe et Lélian» et «Les chiens vivent avec leur Dieu» dans lesquelles il joue aussi. Walter est un habitué de la Manufacture des Abbesses, on a pu l’y voir dans «Fando et Lis», d’Arrabal en novembre 2006, dans «Le Chemin des Passes Dangereuses», de Bouchard, «Femmes de Manhattan» de Shanley ou encore «Monsieur le Président» de Yann Reuzeau.

Son personnage

Député de l’union de Gauche, il finit son premier mandat dans quelques mois.
Il commence des études de médecine avant d’être rattrapé par la personnalité de son père, véritable baron de L’Union dans leur région d’origine. Il travaille une dizaine d’années dans la mairie d’une grande ville, avant que son père, mourant, ne lui « lègue » son siège de député. Il n’a donc aucun bagage traditionnel d’homme politique, ne sortant d’aucune grande école, et n’ayant que très peu côtoyé les arcanes de son parti.
C’est un homme intègre et très travailleur, de l’avis de tous. Mais beaucoup s’interrogent aussi sur sa foi, particulièrement présente. En effet, Vampel est un catholique fervent et certains murmurent dans son dos qu’il serait plus à son aise chez une « droite traditionaliste » et qu’il n’est de gauche que parce qu’il a récupéré le siège de son père.
La réalité est plus nuancée. Si Vampel est sur les grands principes en parfaite harmonie avec son parti, il est parfois écartelé entre ses convictions personnelles et ce qu’il pense être l’intérêt public, qu’il place au-dessus de tout.

Chute d'une nation

Didier Mérigou (joue Weider) Episode 1, 2, 3, 4

L'acteur
Formé à l’Ecole Florent et au Studio Pygmalion.
Depuis douze ans maintenant, Il travaille régulièrement aussi bien au théâtre qu’au cinéma et à la télévision, jouant avec Niels Arestrup et Judith Magre, Michel Serrault, Sandrine Kiberlain, Edouard Baer, Zabou Breitman... sous la direction de Jean-Luc Revol, Claude Miller, François Ozon, Denis Granier-Deferre, Philippe Monnier, Alphonse Boudard, Raymond Acquaviva, Gilles Gleizes ou encore Jean-Marc Seban, Etienne Chatiliez ou Marc Angelo...

Son personnage

Militant depuis son plus jeune âge, il définirait L’union de Gauche comme sa première famille. Brillant homme de l’ombre, il ne se rêve pas du tout sur le devant de la scène. Pour lui, l’idéologie est plus importante que les hommes et son travail consiste à placer les bons hommes aux bons endroits pour que L’Union progresse.
C’est un proche d’Abelanski, le chef du parti, et c’est avant tout par loyauté qu’il approche Vampel puis lui propose d’être son directeur de campagne.

Sophie Vonlanthen (joue Porémon) Episode 1, 2, 3, 4

Chute d'une nation

L'actrice
Formée à l’Institut Lee Strasberg de New York, elle a joué récemment dans «Sibylline», de Noli, mise en scène Marianne Groves, «Femmes de Manhattan» de John Patrick Shanley, mise en scène Mitch Hooper, «Inconcevable» texte et mise en scène Jordan Beswick, «Quatre chiens sur un os» de John Shanley, mise en scène John Pepper. C'est la troisième fois qu'elle joue dans une pièce de Yann Reuzeau, après «La Secte», en 2001, et «Puissants & Miséreux» en 2010.
Elle est aussi la co-fondatrice et co-directrice de la Manufacture des Abbesses.


 

Son personnage

Elle a quitté un mandat de conseillère municipale pour devenir l’assistante parlementaire de Vampel. Mais ce travail la frustre énormément. Son ambition importante se heurte à un manque de confiance en elle évident. Elle pensait avoir trouvé en Vampel un homme à la carrure suffisante pour l’amener très haut. Mais elle s’est trompée dans son jugement, Vampel n’ayant pas d’ambition particulière et étant jugé unanimement comme sérieux mais peu enthousiasmant. Son passé est très marqué par une relation tumultueuse avec son fils.

Chute d'une nation

Leïla Moguez (joue Speranza) Episode 1, 2, 3, 4

L'actrice
Leïla est comédienne et metteur en scène. Après un baccalauréat théâtre, elle intègre en 2002 l’école Acting International sous la direction de Robert Cordier et travaille parallèlement avec la Compagnie Prélude sur plusieurs projets en tant qu’actrice («Paroles de Femmes» en 2003 au Cyberact théâtre, «Un dimanche de Tragédie», d’après Ribbes…) ou metteur en scène («La Femme Parapluie», spectacle pour enfants). En 2006, elle assiste Yann Reuzeau sur la pièce «Les Débutantes» et fait depuis partie intégrante de La Manufacture des Abbesses.
A la Manufacture, elle met en scène et joue «La Mise au Pas», d’Alexandre Duclos (2008). En 2009, elle joue «Le regard des autres» de Christopher Shinn.

Son personnage

Alors qu’elle participait à des réunions de quartiers du parti, Weider l’a repérée. Pourtant, elle n’était même pas encartée, accompagnant simplement une amie. Mais sa hargne et son intelligence tapent dans l’oeil de Weider, même si la discussion est pour le moins houleuse. Il l’engage au sein du parti à la communication. Mais elle a du mal à y trouver sa place, ayant des convictions plus « variées » que celle qu’un parti peut généralement suivre.

Chute d'une nation

François Hatt (joue Camara) Episode 1

L'acteur
François HATT, après s’être formé au Cours Simon, joue dans différentes pièces, notamment «Duo pour Violon seul» (compagnie Les Feuilles d’Or), de Tom Kempinski, et «Petit Boulot pour vieux Clown» (compagnie Umbral), de Matéi Visniec, qui tournent pendant plusieurs années. Il se partage aujourd’hui entre la télévision («Engrenages», «La Commanderie», …) et les planches. Il prépare également le rôle-titre de «La Résistible ascension d’Arturo Ui», de Brecht, pour Avignon 2011, avec la compagnie Umbral.
Chute d’une Nation est sa première collaboration avec Yann Reuzeau.


 

Le personnage

Député de L’union. Il connait Vampel depuis quelques temps et était en train de devenir son ami. Perquis vient de lui proposer de diriger sa campagne, ce qui représente une opportunité extraordinaire pour lui. C’est un homme de conviction, déterminé, persuadé non seulement de la valeur de Perquis, mais surtout qu’il est le seul rempart contre Alatar, qu’il considère comme un vrai danger.

Chute d'une nation

Yvan Lambert (joue Perquis) Episode 1

L'acteur
Elève de René Simon, il a travaillé avec, entre autres, André Roussin, Jean Marais, Jacques Dumesnil, Olivier Hussenot mais aussi Coluche, Muriel Robin, Bernard Da Costa, Yves Carlevaris, Charles Charras et André Gille dont il a joué la pièce "Le Président" plus de 1000 fois, Diane Delmont qui l'a mis en scène dans "Le Portrait de Dorian Gray" d'Oscar Wilde qui lui valut le Baladin du meilleur comédien en 1997. Il a interprété Molière, Marivaux, Rostand, Anouilh, Feydeau, Labiche, Gogol, Sartre, Jean-Claude Brisville dont il joue encore régulièrement le rôle de Talleyrand dans "Le Souper" et dernièrement Woody Allen à la... Manufacture des Abbesses !

Le personnage

Poids (très) lourd de L’union depuis 40 ans, Perquis a occupé à peu près toutes les fonctions qu’un homme politique puisse imaginer. Il a été ministre, N3 du gouvernement, et tout le monde voyait en lui un futur Président. Mais il a laissé ses conseillers truquer une élection législative pour laquelle il était pourtant favori. Une sorte de raccourci qui s’est transformé en traversée du désert. Condamné à 10 d’inéligibilité, il revient pour ce qui est sa dernière opportunité de briguer la Présidence. De l’avis de tous, sa « faute » est l’unique d’une carrière exemplaire. Lié a Abelanski par une rivalité de 40 ans.

Chute d'une nation

Emmanuel de Sablet (joue Quieroz) Episode 2, 3

L'acteur
Formé au Conservatoire National, il fait sa première mise en scène en 1981 : « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée » d’Alfred de Musset.
Entre 1983 et 2000, il est professeur au Conservatoire de Lille, il crée deux sociétés, Les Productions Baghera (cinéma) et Le chant des cigales (théâtre). Il rejoue, depuis 2001, au théâtre sous les directions de Kazem Shahryari, Claude Crétient, Stéphane Olry et Aurore Priéto.
Il co-dirige la salle Agitakt jusqu’en 2005. Il y joue « Vous qui habitez le temps » de Valère Novarina et «Vies rêvées, un jeu de société» d’Aurore Priéto et signe deux mises en scène : «L’Echange 2ème version » de Paul Claudel et « Confidences » de Florence d’Azémar, repris, en 2008, au Théâtre des Mathurins puis dans le cadre de FESTIGAY (prix de la mise en scène). Sa dernière mise en scène « Quartett » d’Heiner Müller, s’est jouée au Théâtre du Picolo à Saint-Ouen d’octobre 2009 à mars 2010.
Depuis 2006, il administre le site www.rueduconservatoire.fr (le site de l'Association des anciens élèves du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique).

Le personnage

Quieroz est un homme d’affaire très médiatique. Un jour, il abandonne quasiment ses activités pour fonder une banque spécialisée dans le microcrédit en France. Il se sert de sa notoriété pour en faire la promotion et devient le visage de cette activité en France. La banque marche très bien et il devient l’un des hommes les plus populaires du pays. C’est un ultra-libéral qui triomphe dans une activité avant tout sociale, tournée vers les pauvres, une contradiction difficile à accepter pour certaines personnes.

Chute d'une nation

Manga Ndjomo (joue Baubrac) Episode 2, 3

L'actrice.
Corporaliser le personnage, tel est son credo. Après l’enseignement de Jean Hérel , disciple de Jean-Louis Barrault et du mime Marceau elle s’intéresse au rythme. C’est chose faite en s’immergeant dans le café-théâtre avec les Cousins d’Arnolphe. Un rôle sera créé sur mesure dans « Tomate », comédie de Alexandre Delimoges. Claude Cortési créera également un rôle exprès pour elle dans « La Comédie des Erreurs » d'après Shakespeare.
Manga Ndjomo est également soliste: elle a écrit 2 one-woman-shows « Action ou Vérité » et « Si ça continue faut qu’ça cesse !» joué au Festival d’Avignon Off 2008. Ces spectacles furent l’occasion d’un long compagnonnage avec François Bourcier et Christophe Averlan
Au cinéma on a pu la voir dans « Viande de ta mère » court-métrage de Laurent Sénéchal primé à Clermont-Ferrand pour l’interprétation féminine notamment et au Festival de Dignes les Bains
La saison dernière elle a interprété Clémence, dans « Raf Banni » de Pierre Gope, adaptation de Hernani de Victor Hugo à l’histoire contemporaine de la Nouvelle-Calédonie dans une mise en scène de José Renault. Le spectacle a été créé au Théatre de l’Ile à Nouméa puis joué en tournée en France
Elle était également Mme Nigéria dans « Thérapie Anti-Douleur », de l'auteure italienne Laura Forti, mise en scène de Yvan Garouel à la Manufacture des Abbesses.
Ce sera sa première collaboration avec Yann Reuzeau

Son personnage
Dans le cercle des proches d’Abelanski, elle se retrouve projeté en avant quand celui-ci décide de ne pas se présenter. Quand Perquis renonce à son tour, elle devient la favorite des sondages pour la primaire de «L’Union». Cette situation est incongrue et révèle surtout le vide générationnel après les deux monstres. Elle ne se fait pas d’illusion et sait qu’elle va au-devant d’une large défaite devant Alatar. Mais elle tient plus que tout à sauver une Union qu’elle trouve très fragile (opinion non partagé par Abelanski, manifestement). Elle est persuadée que seul un bon score à la Présidentielle pour sauver son parti de l’implosion.

Chute d'une nation

Raphael d'Olce (joue Debiewski) Episode 2,3,4

Formé à la comédie de St-Etienne et par ailleurs diplômé des Beaux-Arts et des Métiers d’Art, il a joué sous la direction de Daniel Benoin dans «Maître Puntila et son valet Matti», Jean-Pierre Vincent dans «Léo Burckart», Michel Abecassis dans «L'Or de Cajamalca», Arnaud Beunaiche dans «Inconnu à cette adresse», Anne-Marie Lazarini dans «Les Suites d’un premier lit», Prosper Diss dans «Le Théatre ambulant de Chopalovitch», Stéphanie Chévara dans «Temporairement épuisé», Nika Kossenkova dans «Dernier Homme, Dernière Femme», Pierre Pradinas dans «Le Conte d'hiver», René Loyon dans «Tartuffe», «Les Bouts de bois de Dieu» de Sembene Ousmane…
Et au cinéma sous la direction de Costa-Gavras dans «le Couperet» et de Laurent Herbier dans «Mon Colonel».

Son personnage
Ami de longue date de Weider, il suit la campagne de Weider pour le compte de La République, journal très marqué à gauche. Tente de concilier son amitié avec Weider, sa romance naissante avec Porémon et sa déontologie de journaliste qui le forcerait à une objectivité absolue.
Heureux de faire partie d’un journal d’opinion’, il finit quand même par être de plus en plus mal-à-l’aise avec la ligne de son journal, qui s’embarasse de moins en moins de principes journalistiques et soutient de plus en plus franchement Baubrac.

Mitch Hooper (joue Johnson) Episodes 3 et 4

Auteur et metteur en scène, c’est la première fois que Mitch Hooper est comédien. Son scénario, «Le rêve dans le cur» gagne le prix des cents premières uvres de France Télévision en 1992 et il est l’auteur de plusieurs scénarios pour la télévision et le cinéma, dont «La Femme du pêcheur» avec Fanny Cottençon et «Les Ames fortes» avec Laetitia Casta. Au théâtre, il a écrit «Chronique d’une année de crise», un triptyque composé de trois monologues, créé à la balle au bond en 1999, puis «L’amour existe», créé au théâtre du Nord Ouest. Il a également mis en scène «Long voyage vers la nuit», d’Eugène O’Neill, «Une vie de théâtre», de David Mamet, «La main passe» de Georges Feydeau, créé au théâtre du Nord Ouest, puis repris au théâtre Mouffetard et au théâtre Michel. A la Manufacture des Abbesses, il a mis en scène «Femmes de Manhattan», de John Patrick Shanley. Plus récemment il a mis en scène «Trahisons», d’Harold Pinter, au théâtre du Lucernaire. Mitch Hooper a été l’assistant d’Harold Pinter pour la pièce «Ashes to ashes» au théâtre du Rond-Point.

Son personnage
Ministre de l'Intérieur de la très populaire Présidente Alatar, Johnson n'est à sa place que grâce à la popularité de cette dernière. En effet, même s'il vit en France depuis des décennies, il n'a jamais pris la nationalité française et de voir un étranger à ce poste si délicta fait grincer beaucoup de dents. Lui-même a parfois un problème de légitimité par rapport à cette position…

Chute d'une nation

Marc Brunet (Joue Mérendien) Episode 4

Il débute sa carrière de comédien au tout début des années 80 à la Cartoucherie de Vincennes. Il jouera par la suite dans plus d’une trentaine de spectacles avec des metteurs en scène tels que Pierre Santini, Antonio Arena, Patrick Pelloquet... En 2009,il joue «Le Système Ribadier» avec Bruno Solo mis en scène par Christian Bujeau. Il met en scène et interprète «Nuit gravement au salut» et «Fenêtre sur Jungle» d’Henri-Frédéric Blanc.

Il participe à de nombreux films au cinéma et à la télévision avec des réalisateurs tels qu’Alain Corneau, Josiane Balasko, Claude Gorreta, Tony Gatlif, François Dupeyron, Philippe Harel, Nadine Trintignant, Arthur Joffé… En 2007, il interprète le rôle du Père dans «Darling» de Christine Carrière et fait à cette occasion la connaissance de Jean Teulé.
En 2010, il tourne au cinéma avec Jean-Pierre Bacri, «Avant l’aube», un film de Raphaël Jacoulot et un film de Christophe Ruggia avec Clovis Cornillac, Yvan Attal et Mathilde Seigner «Dans la tourmente».

Son personnage
Lancé tardivement en politique, la première campagne de Mérendien est un échec cuisant. Très violente et presque ouvertement xénophobe, elle passe cependant complètement inaperçue, Mérendien n'étant à l'époque qu'un candidat non encarté dans une municipale de seconde zone…
Il rejoint alors le plus grand parti de droite, l'Alliance, et atténue ses positions les plus radicales tout en jouant des coudes pour attirer l'attention de la chef du parti, Alatar. Quand celle-ci devient Présidente, Mérendien récolte les fruits de sa stratégie et se voit nommer ministre. Quatre ans plus tard, il quitte le gouvernement et se lance à la surprise générale dans la Présidentielle contre Alatar, pourtant quasi-assurée de sa réélection…

Chute d'une nation

Lionel Nakache (joue Cédric Porémon) Episode 4

Lionel Nakache a joué, au théâtre, dans « Roberto Zucco » , mise en scène de Pauline Bureau à La Tempête « Les pas perdus » de Denise Bonal, mise en scène de Gilles Guillot au Théâtre du Rond-Point « Les Frères Karamazov » de Dostoïevski, mise en scène de Daniel Amar « Dom Juan » de Molière, mise en scène de Maurice Bénichou « Demande à la poussière » de John Fante, un monologue mis en scène par Guillaume Chapet.
Au cinéma, Il tient le rôle principal du long métrage « Real Movie », réalisé par Stéphane Robelin. En 2011, il tourne dans « Cloclo » réalisé par Florent-Emilio Siri, et « Et si on vivait tous ensemble » réalisé par Stéphane Robelin.
Il a également tourné dans une quinzaine de courts métrages, et plusieurs téléfilms, et joue régulièrement dans « La vie secrète des jeunes » pour Canal.

Son personnage
Fils de Hélène Porémon, il entretient avec elle des relations extrêmement tumultueuses du fait de la naissance même de leur histoire…
Un temps proche de Weider, il rejoint finalement Mérendien, ce qui choque autant Weider que sa mère.


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Chute d'une nation

Les acteurs

Théâtre Pièce: Chute d'une nation

En tournée à partir de Novembre 2012… plus d'infos sur
http://www.acte2.fr