Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Callas (La presse)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage



"Droite comme un "i", Callas répond aux questions de journalistes imaginaires.
Le texte de Jean-Yves Picq ressuscite une grande dame, magnifiquement jouée par Noémie Bianco."

Callas


 

"Quand le texte de Jean-Yves Picq fait exprimer à Callas ses réflexions sur son art, son travail, ses doutes, ses exigences et ses angoisses, le spectacle devient passionnant."

Callas


 

"Jean-Yves Picq s'est servi d'extraits d'interviews pour composer un texte d'une richesse extraordinaire mêlant et entremêlant l'existence passionnante et tourmentée de la Callas. Bien mieux qu'une biographie, les mots ressuscitent avec intensité et émotion l'artiste.
La mise en scène de Jean-Marc Avocat est un modèle du genre car soignée et enlevée. Le spectacle est étayé de lyrisme et de tragédie, de dérision et de drame, de bonheur et de solitude. En Noémie Bianco, il dimensionne une Maria Callas méconnue et inconditionnelle."

Callas


 

"Noémie Bianco réalise une performance remarquable. Il est périlleux, à tout juste vingt-cinq ans, de porter seule le poids d’une vie telle que celle de la Callas sur ses épaules. Pleine de sensibilité, troublante, elle tient sans frémir son rôle avec la force qu’il exige et sans se laisser broyer par l’imposant charisme de son personnage.
Au final, c’est bouleversés et conquis que l’on ressort de la salle. Convaincus qu’au théâtre comme à l’opéra, la voix est le chemin le plus court jusqu’à l’âme."

Callas


 

"Ce qui force l'admiration : la performance de l'actrice seule en scène pendant 1 heure et demi, la gestuelle - le mouvement des mains, des yeux, de la bouche - avec à plusieurs reprises l'impression troublante d'avoir Callas face à soit, la capacité à transmettre les émotions variées qui zèbrent le texte."

Callas


 

"Mise à nu de la diva Callas pour faire ressortir la femme qui se cache sous le masque de la gloire, le texte de Jean-Yves Picq offre à Noémie Bianco un rôle puissant qu’elle habite viscéralement. Un spectacle indéniablement réussi."

Callas


 

"La fine mise en scène d’Avocat, qui rend intime un moment public, lumineux, un instant nocturne, opère une sorte de traversée du miroir que Noémie Bianco effectue avec classe et sans heurts. Par cette traversée que l’on ne décrira pas, les barrières et les masques se brisent plus encore. Délicatement. Avec Noémie Bianco et Jean-Marc Avocat, voilà une belle renaissance d’un texte et d’un mythe saisi en son point de vérité."

Callas


 

"Assise à une table, face à une multitude de micros prêts à dévorer chacun de ses mots, elle prend son temps, son souffle, balaye l’espace du regard, et enfin, se lance dans une langoureuse confidence. Noémie Bianco réussit un beau travail d’actrice, s’immergeant dans le personnage, sans jamais le mimer ni le caricaturer. Sa composition impressionnante de la voix, sa gestuelle, ses regards, ses airs de ressemblance, parviennent à nous troubler nous nous prenons à rêver que la Diva est bien là devant nous !"

Callas


 

"Gants noirs, collier de diamants, il de biche : avant même qu’elle ne commence à parler, Noémie Bianco ressemble à la Callas. Diction, accent prononcé et adorables fautes de français, gestuelle marquée et expressions du visage : la Callas revit.
Bianco-Callas multiplie grands sourires et confidences humoristiques et cris de colère, signes d’exaspérations ou de tristesse."

Callas


 

"Sous les traits de la juvénile Noémi Bianco, les propos de Maria Callas rejaillissent avec une fraicheur et une vitalité pleine d’éclairs. Quand le corps de la diva s’assombrit, Maria quitte les bosquets des micros fanés, et l’on entend flotter dans l’ombre de sa voix, comme unique trace de son passage, le souffle de son esprit en quête d’amour. Aussi simple que cela paraisse, c’est pourtant cette impression qui domine dans ce spectacle, sorte de lettre d’amour à la diva, parée de la présence lumineuse de Noémi Bianco."

Callas


 

"Nous pensions admirer une diva mythique. Or, nous découvrons la détresse morale de Maria Callas. C’est un choc. Nous la voyons devant nous, triste à mourir, courbée sous le fardeau exigeant de son talent. Elle nous offre son cur fané, rougi, confus et angoissé. Nous parle-t-elle encore directement? A vrai dire, elle parle aux personnages qui l’habitent."

Callas


 


La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Callas

La presse

Théâtre Pièce: Callas

Jeu 21h
Ven 21h
Sam 21h
Dim 17h
(à partir du 23 août)